le grain de selle

18 avril 2007

Presse

Nouvelles Publications n° 9413

février 2007

RUBRIQUE RÉALISÉE EN PARTENARIAT AVEC LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L’ARTISANAT DES BOUCHES-Du-RHÔNE

le Grain de Selle

L'artisan que j'ai rencontré cette semaine est sellier-maroquinier. Un petit monsieur aux mains d'or lorsqu'il travaille subtilement et avec délicatesse les différents types de cuirs qu'il a en sa possession. Portrait.

 
   

Frédéric Deschamps commence sa carrière professionnelle en tant qu'éducateur Puis il décide de changer de métier et passe alors un CAP de sellier-maroquinier. Son apprentissage dure un an. Il s'installe tout de suite après dans un village d'artisans en Normandie, où il fait ses armes pendant cinq ans. Or, le hasard de la vie le conduit dans le Sud.

"Un jour, j'écoutais une émission sur France Inter dans laquelle on proposait à des artisans de venir s'installer dans le village de Mimet, raconte-t-il. Le but de cette proposition était d'animer le village et de le rendre plus vivant. Aujourd'hui, ça fait vingt ans que j'habite ici et je m'y sens vraiment bien. J'ai très vite été intégré par les habitants:"

Frédéric Deschamps fait ainsi de la sellerie-maroquinerie. En somme, il travaille le cuir. C'est

un métier 100 % artisanal. Il fait tout sur mesure et pas un de ses articles ne ressemble à un autre. "Je dessine mes collections qui sont éditées en pièces uniques; précise-t-il.

Frédéric Deschamps réalise deux sortes de maroquineries. Il y a d'abord la petite maroquinerie, qu'il décline à travers des portefeuilles, porte-chéquiers, porte-monnaie, porte-clés, trousses, etc. Puis il propose de la maroquinerie plus importante,

comme les sacs, les sacoches, les cartables, les ceintures, les albums-photos, etc. L'artisan crée des collections, mais il est ouvert à tous les desiderata de ses clients. "Si une personne sait ce qu'elle veut, elle me l'explique et je le lui fabrique sans problème'; souligne-t-il.

Frédéric Deschamps utilise différents types de cuirs, mais toujours de la pleine fleur (cuir de très bonne qualité). Il peut s'agir de buffle, de veau, de vachette, d'autruche ou de galuchat (peau de raie ou de requin). Il emploie également des peaux précieuses, notamment lorsqu'il crée des bracelets de montre.

Chez Frédéric, qui dit "montré" dit RICHARD MILLE . Un des plus grands du milieu horloger lui passe commande depuis quelques mois pour la création d'écrins, que l'artisan confectionne en peau d'agneau. "C'est pour moi une grande satisfaction de pouvoir travail­ler pour des gens tels que Richard Mille'; dit-il.

Outre la création, Frédéric Deschamps répare et transforme les articles que ses clients lui amènent. "j'aime bien, par exemple, remettre les sacs au goût du jour'; confie-t-il.

Une chose est sûre, c'est que le maroquinier ne recule devant rien. Tout ce qui est un peu particulier et qui sort de l'ordinaire lui plait. Ses clients le savent et le font savoir autour d'eux. Frédéric a pour ambition d'ouvrir une petite boutique et pour perspective d'agrandir son atelier. "je veux avoir plus de place pour pouvoir accueillir davantage de stagiaires, car une des choses les plus importantes à mes yeux, est de transmettre mon savoir'; conclut-il.

                                                                                                             Géraldine MimouN

Posté par Legraindeselle à 13:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]